[Ego-Trip] A toi, ma fille.

Ma chérie,

J’ai écrit à ton frère alors qu’il était encore dans mes bourses et je me suis dit que j’étais sexiste de ne pas penser à toi.
Alors voilà, ma fille, cette lettre qui je l’espère, ira jusqu’à toi. Au moment où je t’écris j’aimerais te raconter comment j’ai rencontré ta mère, mais je ne la connais pas encore. En revanche, je suis sur qu’au moment où tu me liras elle sera en train de me casser les couilles pour une pension.
Connasse.
Mais ce sont des histoires de grandes personnes, comme ils disent, et ce n’est pas le sujet.

Je t’écris cette lettre au cas où. Au cas où je serai devenu un vieil emmerdeur. Au cas où j’aurais renoncé à être ce que je suis maintenant pour devenir une version aigrie et lessivée de moi-même. Je t’écris pour te dire que je t’aime, tout simplement.

J’aurais aimé être aussi à l’aise pour t’écrire que je ne l’aie été pour ton frère. Mais c’est un peu plus délicat.

Ce n’est pas que je t’aime moins, absolument pas. C’ est que je ne sais pas exactement comment m’y prendre. Je m’imagine déjà en train d’essayer de te coiffer le matin… Je ne vais pas aider ta côte de popularité.

Je sais déjà que j’aurai envie de casser la gueule des mecs qui t’auront fait pleurer.
Je sais déjà que je ne te croirai pas quand tu me diras que ton décolleté est à la mode et je me ferai un plaisir de t’envoyer te changer, c’est pas le Moulin Rouge chez moi.
Je sais déjà qu’il faudra que je ne m’enflamme pas (tout de suite) si tu me demandes si on peut être enceinte après que la capote ait décidé de craquer.

Je ferai au mieux ma fille. Avec les moyens du bord. Alors ne me demande pas quelle serviette t’irait le mieux, ni quel est le tampon qui s’ouvre en corolle. Arranges toi avec ta daronne et dis-moi juste ce qu’il faut que je t’achète.

Il faudra que tu m’excuses si Papa a tendance à être trop protecteur. C’est que je n’ai pas toujours été un exemple auprès des filles. J’ai déjà bradé mes principes pour baiser, que dis-je, je les ai balancés aux chiottes avec le sourire. Oui, comme pas mal de mecs, Papa a connu la crise. Je n’ai pas toujours été le genre de gars que j’aimerais que ma fille rencontre. Et je sais que des bâtards te feront pleurer. Te feront de la peine. Mais tu les emmerdes.

Malgré tout, évite de rester vierge jusqu’à 35 ans. Préserver son corps c’est bien, mais il y a deux trois fonctions sympas, ce serait dommage de ne pas en profiter. Mais même quand tu voudras t’amuser, évite de payer tes fesses pour un twix, tu le regretterais plus tard. Après une MST, un gosse surprise, ou un gang bang.

Non, ma chérie tu ne seras pas aussi forte qu’un homme, sauf si tu fais du culturisme, mais je trouve pas ça très joli, alors fais plutôt de la danse moderne comme ta tante à son âge. Tu es une femme. Et tu disposes d’atouts certains. Et je parle de ta tête, alors évite d’écarter les cuisses pour n’importe quoi, putain !

Je te donnerai tout. Et tu me rendras dingue.

J’essaierai d’être un père cool, mais oublies le passage de tes petits copains à la maison. Il ne manquerait plus que je t’entende t’envoyer en l’air. Tu feras ça dans une caisse, on est tous passé par là.

Sois heureuse, vis ta vie. Rends-moi fier, sois fière de toi. Vis pour ce en quoi tu crois, et si un enfoiré tente de t’en dissuader  il faut que tu saches que la peau est très fine entre les jambes d’un homme. Frappe là où ça fait mal.

Evite d’être hystérique sans raison. Réalise que les hommes et les femmes n’ont pas le même schéma de pensée alors arrête de crier et trouve une autre méthode, que tu apprendras à ta mère par la même occasion.

Il y a encore tant de choses que peut être je devrais dire et ne te dirai jamais et même si je ne suis pas très bavard, ni très expansif sur mes sentiments, souviens toi que quoi qu’ il se passe ton père t’aime et sera toujours là.
 

Triice, ton papa.

Tags: , , , ,

2 Réponses to “[Ego-Trip] A toi, ma fille.”

  1. Jany 27 septembre 2013 at 14 h 51 min #

    C’est super intéressant la façon dont tu te projettes. Tu imagines un scénario à la fois tendre et émouvant et à la fois rempli de galère (future réalité?). Ça me fait dire que malgré les galères tu restes quelqu’un de positif, même si c’est pas ce que tu dirais, mec tu as les pieds sur terre.
    Étant une meuf et donc ayant vécu les premières amours, les premières relations sexuelles puis les suivantes, c’est assez intéressant (intrigant) de voir ta vision en tant que futur père d’une ado.
    Bel article, je l’ai dévoré.

  2. Ledock 27 septembre 2013 at 16 h 13 min #

    Un article calme, posé, réfléchi que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, lâchant parfois un sourire parce qu’il fallait bien à certains moments !

    Je suis pas doué avec les mots. Je suis pas doué avec les filles. Alors il se peut qu’un jour je copie / colle ce texte avant de l’envoyer à ma rebelle d’ado même pas reconnaissante que j’ai acheté sa mère à bas prix.

    Je sais que tu m’en voudras pas 🙂

Laisser une réponse