Ce que veulent les hommes…ce que laissent les femmes.

Je n’aurai pas la prétention de dire que je connais le schéma exact de pensée de n’importe quel représentant du sexe masculin, en revanche mes multiples virées nocturnes ont eu l’occasion de me prouver que l’une des motivations de tout mâle de sortie le vendredi était relativement simple: choper.Les réunions entre amis sont souvent des regroupements de célibataires de tout acabit et l’alcool, muse de 90% des personnes présentes dans un bar ( pas besoin de recherches scientifiques, c’est un peu ce qu’on fait dans un bar en général…), n’est pas celle qui rend le plus intelligent, on le sait tous!

Ainsi, nombreux sont ceux qui profitent de l’instant pour essayer de remplir leur weekend, leur nuit ou 15 minutes de l’une des manières les plus agréables qui soit. En compagnie d’une femme, bien que généralement une console fasse l’affaire…

Je ne compte plus le nombre de rituels d’accouplement auxquels j’ai pu assister. Du jeune puceau sauvage au regard brûlant et au bluff pitoyable ( le puceau sauvage (PS pour les intimes) est généralement tellement à cran sur l’objectif à atteindre qu’il dit quasiment tout le temps de la merde) au prédateur urbain, à l’aise dans ses converses, au regard séducteur et aux répliques toujours si délicieuses.
Il est d’ailleurs assez triste de constater que la drague reflète bien notre société en ce sens où le gentil perd pratiquement tout le temps. On n’est pas dans ces teen movies où le petit vilain finit par se dégoter une bonnasse absolument pas farouche qui se dévouera corps et âme à l’initiation des plaisirs du sexe consentant et à deux.

Un pote me disait dernièrement cette phrase qui a en partie motivé cet article:

Les meufs me font délirer, elle veulent toujours des bad boys puis s’étonnent quand elles se mangent des droites

Il parlait au sens figuré evidemment, bien que cela s’applique dans certains cas au sens propre.Il a bien raison le saligaud, et en plus il m’aura bien fait marrer.

Tout ça pour dire que derrière l’apparente bonne humeur représentative du verre afterwork du vendredi se déroule dans les coulisses une terrible bataille entre hommes et femmes pour l’obtention de faveurs plus ou moins pousées (sexuelles pour ceux qui sont vraiment lents à réagir), et entre hommes lorsque tels des fauves (certains diront des daleux, ou encore des crevards et je les comprends), ceux ci se battront pour une même proie.

Mon statut de Vagabond Urbain m’empêchait de passer sous silence ces faits terribles qui se déroulent parfois sous vos yeux sans que vous n’en sachiez rien.

Je profite donc de cet espace virtuel que je me suis approprié pour vous décrire certains comportements devenus fréquents afin que vous puissiez les reconnaître.

Vous l’avez tous déjà vu, cette coquine qui a toujours un verre à la main ( rassurez vous, elle ne l’a pas payé), entourée d’une foule de bellâtres, portefeuille dans la main gauche, Durex dans la droite. Ces messieurs, pas très malins (pour vous donner le contexte nous nous situons dans un bar probablement pleins de jeunes femmes qui ne se rappelleront plus leur prénom d’ici 3 heures et ce, sans GHB) , se battent à coup de flatteries et de mise en avant de leur ego afin de remporter les sus-mentionnées faveurs de la demoiselle. Généralement, elle les laissera aux joies de l’onanisme après avoir eu son comptant d’alcool.

 

Je la dédicace à tout ceux qui ont pu croire un jour qu'ils allaient coucher grâce à un diabolo fraise. Abrutis!

(Note2Triice: Je remercie Pers0nne pour son strip. Il a son blog juste LA. Je vous le conseille. C’est parfois méchant, souvent pertinent et toujours drôle.)

Plus je repense à mes soirées plus il me vient des modèles types, de femmes et d’hommes (je ne voudrais pas qu’on taxe cette chronique de misogyne…), ayant des comportements particuliers qu’ils adoptent tout spécialement le vendredi soir.

Parmi les hommes nous avons le « pas chanceux » ou encore « la quiche », qui a jeté son dévolu sur une demoiselle, et qui parle, présente son CV, balance deux trois blagues carambar pendant que la belle regarde autour d’elle, sourit à droite à gauche, balance des oeillades aux alentours puis finit dans la soirée d’un groupe plus funky délaissant le pauvre malheureux qui finira la soirée sous les quolibets de ses amis qui l’observaient pas très loin.

Mais je ne veux pas dresser un tableau trop pessimiste. Si beaucoup reviennent à la charge c’est parce qu’il y’a une donnée essentielle à prendre en compte. La SOIF.

Soif (nom fem. sing): Sensation de sécheresse dans la bouche produite par le besoin en eau de l’organisme. Sens fig: désir avide de quelque chose (exemple: Regarde la meuf comme elle me regarde, elle a trop soif!)

C’est cette soif, perceptible dans un espace clos où plusieurs célibataires se côtoient, qui est poussent toujours plus de soldats à aller au front. Chaque soirée laissant toujours plus de victimes sur le carreau ou alors créant des légendes, des héros de guerre.

Je n’ai pas pris la peine de tout retracer. Peut être le ferai-je plus tard si je n’ai pas la flemme.

Alors, ce que veulent les hommes c’est tout simple ils veulent comme je le disais au début: choper, s’amuser.

Mais que leur laissent les femmes: Des illusions, des additions avec parfois, rarement, une jolie conclusion.

Triice, Chroniqueur de guerre

8 Réponses to “Ce que veulent les hommes…ce que laissent les femmes.”

  1. Magnus 3 février 2011 at 21 h 08 min #

    Tellement vrai que j’attends, pardon j’exige avec impatience la suite et plus de détails ! Et je note que tu n’évoques point celles qui s’abandonnent à l’alcool pour se livrer sans restriction à ce qu’elles ne se permettraient pas en temps normal, par timidité souvent, le plaisir de la chair sans lendemain. Ou ceux qui se laissent déborder par l’alcool pour se réveiller en se disant « Et merde ! » Et Àa nous est arrivé à tous…

  2. Lynn 5 février 2011 at 14 h 34 min #

    Hahaha, +1 pour le commentaire de Magnus !!!
    Mais je rajouterai deux observations :
    D’une, tu sous-entends que cette motivation n’intervient que le vendredi soir. Or, pour un homme, quand il s’agit de choper, il n’y a pas de date, pas d’heure, pas de congé : c’est non-stop, 24h sur 24, et surtout dès que la moindre micro-occasion semble se présenter !!
    De deux, tu n’as pas mentionné la version féminine de ces prédateurs assoiffés, et là, au nom des femmes qui se reconnaitront, nous ne pouvons que nous vexer !!

    Et une mention spéciale pour le strip qui est excellent !!!!!

  3. 2fizzle 6 février 2011 at 3 h 32 min #

    Sans fioritures: mon article préféré… pour le moment (j’espère).

  4. Ledock 8 février 2011 at 0 h 45 min #

    Nice shot ! Le meilleur article pour le moment. Même si certain(e)s ont echappé à ce panorama comme le VRAI soiffard qui attaque tous les jours de la semaine, comme dit,Lynn for example :

    Un-pote-à-moi-dans-un-train-bondé-de-gens-qui-rentrent-du taff-dont-je-tairais-le-nom – « Hé mec, y’a trop de soif ici ! »

    Moi : « Euh… ?? »

    Et notre héroïne à tous, la femme cougar tapie dans l’ombre de la lumière tamisée d’un bistrot sordide (bien avant le tag à 4 lettres majuscules qui devait révolutionner mes relations avec mon FAI)

  5. Kaeso 30 mai 2011 at 12 h 43 min #

    Amen! Une vraie prière du Vendredi (et du jeudi parfois.. Euh… En fait d’à peu près toutes les fois où 2 compères ou plus prennent place au comptoir!)! En même temps, comment pourrait-il en être autrement dans les Temples de la Soif (au sens figuré comme au sens propre, mais ici épanchée avec l’alcool) que sont les bars?

  6. Ekmaoni 6 avril 2017 at 23 h 06 min #

    Vérité Vrai t’as tout déballé A quand la version »Ce que veulent les femmes »??

Trackbacks/Pingbacks

  1. [Ego-Strip] Qui sera le dernier à la table? | - 3 mars 2011

    […] de mes derniers articles  » Ce que veulent les hommes… » m’a fait prendre conscience que toutes mes pérégrinations m’avaient permis […]

  2. [Outrospection] Qui sera le dernier à la table? | Project Beaterz - 1 juillet 2011

    […] de mes derniers articles  » Ce que veulent les hommes… » m’a fait prendre conscience que toutes mes pérégrinations m’avaient permis d’observer un […]

Laisser une réponse